Sonia Ristic

(1972-

née le 3 août, à Belgrade

 

De père Serbe et de mère Croate, après une dizaine d’années passées en Afrique (Congo-Kinshasa, Guinée, Gabon), Sonia Ristic vit à Paris depuis 1991. Après des études de Lettres et de Théâtre à Paris 3, elle est comédienne et assistante de Z. Khan pendant deux ans, notamment durant la tournée (France, Allemagne, Grèce) de la pièce Le dictionnaire de la vie, créée en 1993 durant le siège de Sarajevo. Parallèlement, elle travaille avec des ONG importantes (France Libertés, FIDH, CCFD) sur les actions autour des guerres en ex-Yougoslavie et des questions de Droits de l’Homme. Au sein du collectif du Théâtre de Verre, elle met en scène plusieurs de ses textes ainsi que des créations collectives. (Elle encadre des ateliers d’écriture et de jeu en France et à l’étranger. Elle travaille comme comédienne, intervenante en ateliers (en ZEP, mais aussi dans l’humanitaire). Depuis quelques années, elle se consacre surtout à l’écriture et à la mise en scène, publie des nouvelles dans des revues, crée la compagnie « Seulement pour les Fous » en 2004 et monte ses pièces Le temps qu’il fera demain et Quatorze minutes de danse.

Quatorze minutes de danse a été sélectionné pour le prix SACD 2005, et a obtenu l’aide à la création du CNT en 2007. La pièce sera créée au Tarmac de La Villette fin avril 2009.
Sonia Ristic a été accueillie en résidence à la Maison des auteurs grâce à une bourse du Centre national du Livre, en 2005, pour l'écriture de Sniper Avenue. François Rancillac a dirigé une lecture de cette pièce, en septembre 2006, dans le cadre de L'imparfait du présent, aux 23es Francophonies en Limousin. La pièce a été créée par Magali Léris au Théâtre des Quartiers d'Ivry en octobre 2008.
En octobre 2008, Orages, son premier roman pour adolescents, est publié chez Actes Sud Junior.
En 2010, Sonia Ristic met en scène le spectacle de Valéry Ndongo Bienvenue O Kwatt, au Tarmac de la Villette pour le festival Sautes d'humour.

En quelques lignes, elle défend le mot « Fil ».
« Parce qu'au fil du temps, au fil de l'eau et des rencontres. Pour les fils multicolores, scintillants, qui tissent les histoires. Parce que dans une autre vie, j'aimerais être fil-de-fériste et ne plus avoir peur du vide (en vrai, je voudrais être trapéziste, mais ça n'a aucun rapport avec « fil »). Parce que mes bas filent et les saisons aussi. Qu'il suffit de rajouter un L et un E, pour que ça devienne « fille » et que j'aime la sonorité de ce mot-là. Que je pense à cette histoire de chameau et de chas d'aiguille et que franchement, quelque chose a dû se perdre dans la traduction...

Entre septembre et décembre 2011, elle est accueillie à Beyrouth où elle anime plusieurs ateliers, dans le cadre du projet de résidences croisées mis en place par le Tarmac à Paris et les associations Assabil et Kitabat, avec le soutien financier de la Région Ile-de-France. Au fur et à mesure de son séjour, elle publie sur le blog "Paris-Beyrouth (Sonia Ristic)" 21 Chroniques beyrouthines, qui sont publiées par les Editions Lansman en janvier 2012.

retour