Médée

(431 av. J.C.)

de Euripide (480 av. J.C.- 406 av. J.C.)

Le personnage de Médée

cf. Etude de Médée

Médée dans le mythe

Autre vue : petit résumé

Du point de vue Occitan : Max Rouquette

La Médée d'Euripide inspirera celle de Sénèque, qui elle-même, inspirera celle de Corneille...

Médée, fille du soleil, est l’une des figures de la mythologie antique les plus célèbres. Elle a influencé de nombreux auteurs ; ainsi dans la littérature romaine a-t-elle inspirée Varron, Ovide et bien sûr Sénèque pour ne citer qu’eux ; c’est le texte d’Ovide qui fut le plus célèbre, mais il ne nous est pas parvenu (il a certainement influencé Sénèque). Mais l’origine première du mythe est grecque, avec la tragédie d’Euripide (sa Médée fut composée en -431 et fut considérée comme la tragédie par excellence. Mais la Médée latine de Sénèque n’est pas une simple copie de l’œuvre grecque. L’œuvre de Sénèque a largement contribué à la diffusion du thème. On peut légitimement se demander pourquoi Sénèque, le philosophe, se met à écrire de la tragédie ? Quelle est la place du théâtre dans l’œuvre de Sénèque ? Quelle est la place de Médée ?

Il faut d’emblée souligner que les tragédies de Sénèque sont les seules à sujet grec conservées dans leur intégralité. Il est difficile de dater la rédaction des tragédies, Sénèque a été en exil de -41 à -49 sous le règne de Claude (en Corse) (ressemblance des rois de Sénèque avec Claude, Tibère, Caligula).
En fait on admet qu’il y a eut 2 périodes de création dramatique chez Sénèque : L’exil et la retraite
Selon Tacite la rédaction de Médée, Phèdre, Œdipe daterait de 61 ou 62 (intérêt pourMédée suite à un accord entre Rome et les Parthes ?)

Le thème de la pièce est la vengeance de la magicienne Médée, blessée car abandonnée par Jason. La scène se déroule à Corinthe devant la maison de Médée. La vengeance s’effectuera en deux temps : sur la nouvelle épouse et sur le roi, puis sur Jason par le moyen du double infanticide.
La pièce commence par un monologue de Médée qui demande aux Dieux (évocation du Dieu de la cérémonie du mariage) que Jason soit puni (par l’exil), ainsi que sa nouvelle épouse, Créuse, et son beau-père, Créon (par la mort pour tous les deux). Médée exprime aussi des menaces contre Corinthe.

Puis vient le premier chant du chœur. Il est en l’honneur des nouveaux époux.
Puis c’est le premier temps fort de la pièce: la confrontation entre Médée et Créon, la nourrice ayant vainement essayé de calmer les alarmes de Médée.
Le second chant du chœur porte sur l’audace de la navigation (qui a fait reculer les frontières du monde). C’est la fin de l’Age d’or, l’expédition des Argonautes est venue briser un équilibre de la nature.
Puis Médée s’entretient avec la nourrice, Jason arrive et essaie de justifier sa conduite en disant qu’il n’avait pas le choix d’épouser Créüse (car il était sous la double menace d’Acaste et de Créon). C’est l’amour paternel qui l’avait motivé. Ainsi Médée connaît désormais le moyen de faire souffrir Jason !
Troisième intervention du chœur : reprend le thème de la navigation et montre les morts tragiques des membres de l’expédition (Orphée, Hercule, Nauplius...)
Puis c’est le retour de la nourrice et de Médée, tout l’épisode est consacré à la description et à la mise en œuvre des pouvoirs magiques de Médée. La nourrice énumère des monstres funestes (Python, Hydre, dragon de Colchide) ainsi que d’herbes maléfiques. Médée s’adresse à Hécate par ses rituels.
Les vêtements de Créüse seront enduits de poison qui enflammera son corps. Médée fait offrir le "cadeau" par ses enfants.
Dernière intervention du chœur : très courte : incendie du palais (Créüse et Créon y trouvent la mort).
Il reste à Médée à accomplir son geste horrible : elle fait un long monologue qui traduit les ultimes sursauts de l’amour maternel d’un monstre incarnant le mal absolu. Le premier enfant est assassiné avant l’arrivée de Jason qui demande que le second soit épargné. Mais Médée tue le second et quitte Corinthe sur un char emporté par 2 dragons ailés.
Ainsi s’achève le drame de Sénèque où il a été montré comment l’orgueil d’une femme et sa passion l'ont poussée à commettre un double infanticide.

Tailleur pour drame atelier-spectacle
présentation d’extraits de
Manhattan Medea de Dea Loher
par
les élèves des Lycées Le Corbusier et d’Alembert et du Collège Rosa Luxemburg d’Aubervilliers intervenant théâtre pour le Théâtre de la Commune Catherine Baugué enseignants responsables Bernadette Davranches, Lil Moch, France Renoncé, Claudine Touboul. avec le soutien du Conseil Régional Ile-de-France, du Rectorat de l’Académie de Créteil, de l’Inspection Académique de la Seine-Saint-Denis, de la Ville d’Aubervilliers et de la DRAC Ile-de-France.
Tout sonne juste dans cette transposition du mythe ancien de Médée en une balade moderne de deux amants maudits en exil. Ici, Jason et Médée fuient une terre natale ravagée par la guerre, et échouent dans les bas fonds de New York où ils découvrent… le Rêve Américain. C’est le Créon local, vendeur à la sauvette devenu magnat du textile, qui propose pour issue à Jason d’épouser sa fille Claire, qui élèvera l’enfant du couple réfugié. A Médée qu’on reconduit à la frontière, reste l’extrémisme de l’étrangère mise au ban... Les jeunes acteurs amateurs d’Aubervilliers ont trouvé, dans l’écriture fougueuse de cette dramaturge au talent certain, un écho juste à leur « monde » d’aujourd’hui.

Médée et ses enfants (1996) de Ludmila Oulitskaïa, Gallimard, 1998
"Quand vous m'avez pris la main, Médée, j'ai senti qu'auprès de vous, la peur n'existait pas. Et cependant toute la soirée, je n'ai rien éprouvé envers vous, je sentais simplement qu'auprès de vous, la peur n'existait pas." Telle est Médée, calme et lumineuse, un centre mystérieux autour duquel gravite une immense famille, des gens ballotés de-ci de-là, aux destins parfois tragiques. Contrairement à sa célèbre homonyme, Médée Mendès est une porteuse de vie, qui soutient, réconforte et pardonne.
A propos de ce livre, Christa Wolf écrit : "Ludmila Oulitskaïa a déployé ses filets pour capturer un enchantement, l'enchantement d'un lieu où s'enchevêtrent des destins, l'enchantement d'un paysage et, surtout, l'enchantement qui entoure so héroïne Médée Mendès..."
Depuis bien longtemps, elle n'avait plus personne avec qui parler cette langue usée et mélodieuse qui a engendré la plupart des termes philosophiques et religieux, et a su garder aux mots un sens littéral et originel qui nous émerveille : aujourd'hui encore, dans cette langue, blanchisserie se dit catharsis, transport - métphore, et table - trapèze. p.13

Médée Kali de Laurent Gaudé

L'Effet Médée de Suzie Bastien (Québec) dirigée par Ariane Gardel

Mlle Raucourt dans Médée

Médée par Delacroix

Médée par Delacroix

Retour page précédente