« Que votre vision embrasse le monde au lieu de la confiner à vous-même. »
Bahá’u’lláh

L’acteur de théâtre est un acteur non enregistré.
L’acteur de théâtre se remet en question tous les soirs : il provoque de la part du public un consensus différent chaque soir, sur le sens de la pièce, et la valeur de son travail, parce que l’acteur de théâtre n’est pas le même acteur d’un soir sur l’autre, et que le public non plus n’est pas de même.
Je ne pense pas qu’il existe de méthode universelle pour jouer la comédie, et l’acteur de théâtre se doit d’inventer une méthode nouvelle pour chaque rôle.
Il peut avoir des principes, voire une éthique, il ne dépend que d’une seule loi : convaincre. Et il ne dispose d’aucun support technologique pour cela.
Il doit pouvoir se glisser entre l’inconscient de l’auteur et le filtre de son écriture.
Il doit pouvoir mener sa propre enquête sur ce qui a dû se passer entre l’inspiration souvent mystérieuses de cet auteur et la mise en mots de son texte : être l’artisan incarné de cette alchimie.
Contrairement à ce que demande souvent le cinéma, il n’est pas le photographe de la vie, la vie, il la transcende ! Il en est la caisse de résonance.
Dans une époque informatisée au paroxysme, où le consommateur d’images s’apparente de plus en plus à une foule solitaire, où les maîtres de la technologie n’ont jamais autant parlé de communication, je crois que le théâtre est une des dernière expériences qui soit encore proposée à l’homme pour être vécue collectivement.
Et l’acteur de théâtre est le magicien de cette expérience.

Laurent Terzieff
5 avril 1993

Archive Armand Gatti, 1991
Une chambre en Inde, Ariane Mnouchkine, 2016
   


L'apocalypse est aux enchères. A moins qu'elle ne soit au rabais. Apocalypse signifie dévoilement. Non pas catastrophe. Les temps à venir augurent de révélation(s). Apocalypse signifie déchirement du voile. Tel l'hymen. L'apocalypse est-elle proche ? En quoi consiste-t-elle ? S'agit-il de la déflagration du réel ? De la mort de la réalité ?

"La cohérence symbolique d'une société repose entièrement sur le pouvoir d'indignation partagée. C'est la raison pour laquelle il faut constamment essayer de produire du scandale pour créer cette ambiance de cohérence symbolique sur laquelle repose la société moderne." (Peter Sloterdijk)

D'un point de vue humain, il ne s'agit rien d'autre que de passer de l'autre côté du miroir. Et le miroir m'évoque tout de suite le théâtre. Les temps à venir seront-ils théâtraux ? L'immense masse médiatique, c'est-à-dire en quelque sorte, un espèce de subconscient mondialisé - globalisation oblige - ne va-t-elle pas "réduire" la vision du monde à l'instant ? En d'autres terme, au vide ? Car l'instant n'existe qu'après oblitération du passé et négation de l'avenir. Les partisans du "hic et nunc", du "sapere audere" etc. vont me fustiger...

Michaël Therrat - Juin 2011

Apprends à connaître la vérité de l’obstacle : une moitié seulement est hors de toi ; l’autre moitié est en toi-même.
Tu peux franchir la moitié extérieure et elle devient alors une marche qui t’aide à monter.
Mais la moitié qui reste à l’intérieur de toi, toi seul peux la surmonter.

Iben Nagel Rasmussen

 

Je ne crois pas en la révolution, parce que la révolution c’est changer une chose pour une autre, mais je crois qu’on doit aller vers la transformation, cela est précédé, d’une mort apparente, par exemple, le cocon meurt pour que naisse le papillon, si on essaye de sauver le cocon en mettant des crèmes pour qu’il ne s’ouvre pas, le papillon ne naîtra pas. Je pense que notre société est en train de mourir pour donner origine à une nouvelle, je pense qu’il faut aimablement l’aider à mourir, aider à mourir le système économique, le système industriel, les systèmes sociaux, nous devons les aider à mourir, accepter qu’on doit changer et introduire l’idée de transformation.

Mon thème n’est pas autre que la sainteté, mais pas celle de l’église. Toute personne qui s’ouvre véritablement à une autre est en état de sainteté. Et c’est l’état que j’essaye de provoquer en moi et en ceux qui m’écoutent.

Je crois que l’artiste ne doit pas appartenir à un pays, il doit appartenir à lui-même.

Alejandro Jodorowski

Page d'accueil précédente

Pour naviguer, cliquer sur les liens soulignés, et certaines photos et images...!